Fenêtre de toit Chateaubriant

Vous avez une fenêtre de toit à installer ? Notre entreprise de couverture à Chateaubriant s’en occupe !

 

02 52 33 17 15

 

fenêtre de toit Chateaubriant

Pose de fenêtre de toit à Chateaubriant

Aménager ses combles est une bonne solution pour créer des pièces supplémentaires sans engager des travaux de trop grande envergure et trop onéreux. Pour faire entrer la lumière du jour dans ces nouvelles chambres, salles de bains, salles de jeux… la pose d’une ou plusieurs fenêtres de toit est nécessaire. Cela exige un certain savoir-faire dont dispose notre couvreur à Chateaubriant.

La fenêtre de toit fait entrer la lumière dans une pièce sombre ou de rendre encore plus lumineuse une pièce qui dispose déjà d’une telle ouverture. Elle rend vos combles habitables et pour s’adapter à chacun d’eau, à la pente de toit ainsi qu’à la configuration des lieux, il existe divers modèles qui se différencient notamment au niveau de l’ouverture.

 

Réparation et pose de fenêtre de toit à Chateaubriant

CONTACTEZ-NOUS AU

02 52 33 17 15

 

On distingue :

  • L’ouverture par projection qui convient aux toits à faible pente (inférieure à 55 °). Il faut pousser le bas de la fenêtre vers l’extérieur pour l’ouvrir. Son avantage est de ne pas prendre de place dans la pièce.
  • L’ouverture par rotation : Elle convient à toutes les pentes entre 15 et 91 ° et est conseillée en cas de combles non aménagés. Pour l’ouvrir, il faut tirer le haut de la fenêtre vers le bas et le faire pivoter.
  • L’ouverture latérale : Pour l’ouvrir, il faut pousser la fenêtre sur le côté vers l’extérieur. Cette fenêtre permet un accès facile au toit.

Il y a également des modèles fixes qui ne peuvent pas s’ouvrir. Ils sont conçus seulement pour apporter de la lumière. Notre couvreur à Chateaubriant étudiera les lieux pour vous conseiller le type de fenêtre de toit le plus approprié. Votre choix arrêté, il vous recommandera également l’emplacement à privilégier afin que vous bénéficiiez de la meilleure luminosité mais aussi pour qu’elle réponde à toutes les règles notamment en termes de sécurité. C’est pourquoi, il veillera à ce que la traverse basse ne soit pas à moins de 90 cm du sol par exemple.

Ensuite, il se charge de la pose de fenêtre de toit. Cette opération nécessite de :

  • Tracer l’emplacement de la fenêtre et découvrir une partie du toit.
  • Couper les voliges ou liteaux et en cas de combles aménagés, découper les rails métalliques, l’isolant et l’écran de sous-toiture.
  • Découper les pièces de chevêtre. Il faut savoir que le châssis repose sur le chevêtre, ses dimensions doivent donc être un peu inférieures à celles du châssis.
  • Fixer les équerres sur le châssis et les différents éléments.
  • Installer la fenêtre.
  • Mettre en place les éléments de finition et d’étanchéité.

Fenêtre de toit à Chateaubriant

La réalisation de toutes ces étapes est délicate et exige de solides connaissances ainsi que de posséder le matériel adapté. Notre couvreur à Chateaubriant est habitué à ce type d’exercice qu’il réalise à la perfection. Alors pour une installation de fenêtre de toit en bonne et due forme et sans défaut, confiez-la à notre entreprise de couverture à Chateaubriant.

Voir +

Châteaubriant

Châteaubriant ([ʃa.to.bʁi.jɑ̃] .mw-parser-output .prononciation>a{background:url("//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Loudspeaker.svg/11px-Loudspeaker.svg.png")center left no-repeat;padding-left:15px;font-size:smaller}Écouter[Note 1]) est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Sous-préfecture, elle est le chef-lieu de l'arrondissement de Châteaubriant-Ancenis, et le siège de la Communauté de communes Châteaubriant-Derval.

Entourée d'un paysage à dominante rurale, elle s'est développée autour de son château qui fut le théâtre de combats liés à l'affrontement entre la Bretagne et la France. Son économie s'est longtemps articulée autour de l'agriculture et du commerce de bétail, son rôle commercial étant symbolisé par la quasi-millénaire foire de Béré. L'industrie métallurgique s'est développée au XIXe siècle, suivie à la fin du siècle suivant par la plasturgie.

La ville de Châteaubriant s’est développée dans le fond marécageux de la vallée de la Chère (altitude variant de 59 m à 47 m), encadré par des plateaux : au nord, le plateau de Béré, et au sud le coteau de Saint-Michel-des-Monts et les hauteurs des Briotais. Deux ruisseaux importants, le Rollard et le Choisel, rejoignent la Chère à Châteaubriant, leurs vallées morcèlent le territoire communal. Ainsi, celui-ci présente-t-il des terroirs très contrastés, à la fois dans ses reliefs, ses sols et ses expositions : des marécages et des fonds de vallées inondables, des versants aux sols relativement bien drainés, et des lanières de plateaux. Le peuplement initial, au moins à l’époque celtique ancienne, s’est implanté en haut du versant de Béré, bien exposé au sud[3].

Velux

Velux est un fabricant danois de fenêtres de toit. La part de marché prépondérante de la marque Velux sur ce secteur conduit parfois à un usage générique du mot « Velux» ou « Vélux » pour désigner de telles fenêtres faisant courir un risque de dégénérescence de la marque[1].

La première fenêtre de toit a été développée par l’ingénieur danois Villum Kann Rasmussen en 1941. Elle avait pour but d'apporter de la lumière naturelle et une aération maîtrisée dans les combles aménagés d’une école du Seeland (Danemark).

Le groupe décide de s'implanter en France en 1964. Son activité y est d'autant plus difficile que la tradition des petites lucarnes est très ancrée. Il faudra attendre le chantier de la station de sports d'hiver d'Avoriaz en 1968 et son choix d'équiper les immeubles de fenêtres de toit Velux.

Lucarne

Une lucarne est une baie verticale placée en saillie sur la pente d’une toiture, pour donner du jour, de l'aération ou l'accès au comble. La lucarne est composée d'une façade verticale, de deux côtés (appelés « joues » ou « jouées ») et d'une couverture généralement à deux ou trois pentes (croupe) formant des noues avec le pan de toiture principal. La lucarne est un ouvrage de charpente qui dépend de la toiture, même si sa façade peut être en maçonnerie.

Les lucarnes peuvent prendre de l'ampleur, la grande-lucarne réunit plusieurs fenêtres et peut être le couronnement d'un corps de bâtiment. Une lucarne à plusieurs niveaux éclaire plusieurs étages de comble.

Selon l'architecte Eugène Viollet-le-Duc, la lucarne apparaît au début de l'époque gothique : durant la période romane, les toitures sont planes et les combles perdus. Au XIIIe siècle, les toits deviennent plus pentus et les combles sont aménagés en de grandes salles lambrissées des logis des grandes demeures (palais, château, manoir), ces salles nécessitant d'être éclairées et aérées[2]. Les premières lucarnes recouvertes de plomb ou d’ardoises dans ces édifices sont en bois et à gable ajouré (souvent en arc tréflé emboîté dans deux potences), les tailleurs de pierre empruntant par la suite cette forme aux charpentiers pour construire des lucarnes en pierre à gable et pinacle. Leur fonction décorative se développe au gothique flamboyant et surtout à la Renaissance pour redevenir plus simples aux siècles suivants[3].


Call Now Button02 52 33 17 15